Midi Bascule

S2E15 Intégrale - Malaise dans la langue; le masculin a-t-il jamais été neutre?

La langue évolue avec son temps. De nouveaux mots apparaissent chaque année et intègrent le dictionnaire; rien d'extraordinaire jusqu'ici. Alors pourquoi l'intégration du langage inclusif provoque-t-elle un débat houleux dans notre société?

La langue évolue avec son temps. De nouveaux mots apparaissent chaque année et intègrent le dictionnaire; rien d'extraordinaire jusqu'ici. Alors pourquoi l'intégration du langage inclusif provoque-t-elle un débat houleux dans notre société?

Petite retour en arrière: depuis le 17ème siècle, dans la grammaire française, le masculin l'emporte sur le féminin. Cette règle qu'on nous apprend à l'école a été à l'époque mise en application pour des raisons plus politiques que linguistiques. Il s'agissait de contrer l'influence grandissante des femmes sur la scène intellectuelle. La règle a d'abord eu du mal à se faire accepter par le peuple qui jusque là faisait ses accords comme il le souhaitait. L'accord de proximité était souvent utilisé; il consistait à accorder l'adjectif ou le verbe avec le nom le plus proche de lui dans la phrase. Les académiciens ont combattu ce dernier de toutes leurs forces. En 1767 le grammairien Nicolas Bauzée affirmait «Le genre masculin est réputé plus noble que le féminin à cause de la suppériorité du mâle sur la femmelle.» Aujourdhui, des centaines d'années plus tard, alors que notre société se veut plus égalitaire, il irait de soit que cette vieille règle disparaisse. C'est l'une des modification proposées par celles et ceux qui militent pour le langage inclusif. Il en existe d'autres; chaque élément reconnu sexiste est remis en cause.

Alors que la mentalité et la réalité quotidienne des femmes ont évolué, comment ce fait-il que des personnes s'opposent à ces changements. Pour en parler – ou plutôt: en débatre – nous recevons en studio l'enseignant et conseillère municipale Michelle Roullet ainsi que Zélie Schneider, formatrice en écriture inclusive et coordinatrice dans une association de soutien à des jeunes requérantes et requiérants d'asile. En plus de cette discussion, nous écoutons les chroniques de José Lillo et Olivier Mottaz, ainsi que le micro-trottoir de Lucie Eidenbenz. Par téléphone, nous discutons également avec Victor Gay qui a étudié l'impact de la structure grammaticale des langues sur la place des femmes et des hommes dans la société. 

---
Emission diffusée en direct sur Radio Vostok, le 16 décembre 2022
Publié le 16 décembre 2022
Crédits photo: © Tristan Bartolini / HEAD Genève

0:00 / 0:00